Contexte

La région du Nunavut (RN) englobe la majeure partie du Territoire, soit une région de plus de 1,9 millions de kilomètres carrés, incluant les zones marines de l’archipel Arctique et la mer territoriale de 12 milles adjacente au Nunavut. De plus, la RN compte 43 pour cent des côtes canadiennes, soit 104 000 kilomètres sur un total de 243 000 kilomètres.

Les Inuits sont fondamentalement un people maritime ; ils considèrent faire partie intégrante des écosystèmes dans lesquels ils vivent et réalisent leurs activités traditionnelles. Ils exploitent la plupart des espèces sauvages car ils dépendent de la santé des populations fauniques pour maintenir la culture et la sécurité alimentaire locales. Puisqu’il n’y a pas de route reliant les collectivités du Nunavut, soit entre elles, soit avec le Sud du Canada, les Inuits sont réapprovisionnés chaque année en carburant, en nourriture et en autres matériaux par des barges ou par transport maritime. Les déplacements entre les communautés se font par bateau ou par kayak pendant l’été ou par motoneige ou attelage de chiens lorsque la mer est gelée. C’est dans cette aire continue d’activités que représentent la terre, la mer et la glace du Nunavut, (résidents du Nunavut) que les Nunavummiut réalisent leur épanouissement culturel, social et économique et continueront à le rechercher.

Les zones marines du Nunavut offrent un important habitat à de nombreuses espèces sauvages comme les baleines, les morses, les poissons, les oiseaux migrateurs, etc…et nombre d’entre elles dépendent de ces régions pour d’importantes étapes de leur cycle de vie. Même si ces espèces de la faune marine sont précieuses pour les Inuits, les pêches commerciales existent, comme le turbot du Nunavut, le flétan du Groenland (turbot), l’omble de l’Arctique et la crevette nordique. Ces pêches jouent un rôle capital dans l’économie du Nunavut.

Malgré le lien réel des Nunavummiut avec l’environnement marin, à l’immense ligne côtière du territoire et à l’importance de la souveraineté canadienne, le Nunavut a nettement moins d’infrastructure marine que les autres gouvernements. À l’heure actuelle, aucune de ses 26 communautés n’a de port de haute mer et seul Pangnirtung a un port pour petits bateaux. Des investissements publics dans une infrastructure portuaire sont donc requis de toute urgence pour permettre au Nunavut de rattraper le reste du Canada et de consolider les bases de son industrie de la pêche, notamment le secteur des petites embarcations.